Hip-notiques, Bankal et Miscellaneous forment ce made in France générateur de plaisir pressé par la seule force du flow cadencé et du beatmaking scratché façon parolier.

Après Ego Trip, premier album applaudi par les festivaliers de toute la contrée, Chill Bump n’a pas chaumé et a su, en cinq années d’existence, ponctuer son chemin de productions novatrices suivant la même ligne conductrice : l’assurance zéro risque d’insuccès.

Petit rappel en 2 clips percutants :

Hip-hop indé typé East Coast, la musique de Chill Bump présente aujourd’hui un développement tourné vers la critique acérée d’une société perdue dans la fausseté hémorragique. Autostimulation sur les réseaux fuités et automutilation empêchent de diriger têtes et outils vers les injustices subies de plein fouet, face à terre entrain de planer.

Construction 100% DIY, 100% tourangelle, les 14 morceaux qui peuplent cet album sont habités de thèmes qui avivent l’actualité et sont d’incroyables sources de motivation. Détermination kickée, lignes de basse en pleine montée et descente dans les bas fonds d’une satire du trop-confortable-pour-être-excitant invite l’écoutant à cesser de sniffer ce décor d’artificier.

Aller nulle part

Individualisation de corps déguisés et d’esprits blasés, les courages s’effritent en silence, parcourent le vide des réalités truquées et propulsent l’impuissance au rang de cheffe de chantier. Vote blanc-cassé et autres grèves encerclées par des barbelés ambulants, l’énarque hypocrisie des mots cracra tique, amplifie le fossé et désolidarise les libertés par procédés épuratifs.

Victime d’une dépendance à un système pourtant détesté, mais difficilement contestable car empoussiéré de traditions Roundup, les statistiques créent les tendances et écrasent les alternatives. Pas contents ? Profitez de paquets neutres à 10€ l’unité et consumez vos angoisses entre vous les mauvaises herbes !
Si non, créer ta fart-up, Rolex au poignet, et tu seras épargné(e) puisque « péter plus haut que son cul » rapporte le derrière de la crémière et l’argent du beurre, défiscalisés qui plus est ! Amen.

Alors c'était comment ?