Sample Story #2 | Ramsey Lewis

Sample Story #2 | Ramsey Lewis

« Pour jouer du jazz, tu as besoin d’avoir un pied dans le passé, et un autre dans le futur »
Dizzy Gillespie

Avant de débuter, petite mise au point sur ma manière de créer ce genre article. Je pourrais me contenter de filer sur WhoSampled, choper un morceau que j’apprécie, lui faire cracher tous ses samples et vous servir le tout enjolivé de jolies phrases. Non, je procède par coup de coeur. Je pars d’un morceau chiné aux 4 coins du web ou en reconnaissant la boucle d’un track, et je pars à la recherche de ses origines.
Je trouve important de mettre en avant des samples ayant influencés différents styles musicaux. Il est vrai que le Hip-Hop s’accapare souvent du titre dans ce domaine-là et je trouve donc plus intéressant de confronter des démarches artistiques que rien ne relient de prime abord.

Cela faisait donc un moment que je n’avais pas remonter le temps en musique. En ces temps estivaux, je m’y remets par le biais du morceau Julia, de Ramsey Emmanuel Lewis, Jr. sorti chez Cadet Records en 1968. Tiré de l’album Mother Nature’s Son, j’ai découvert ce track suite à l’écoute de 50 Years par All Naturals. Instantanément, j’ai reconnu le même sample que Moomin’ – Au Bord de la Mer (vu il y a quelques semaines au Goutez Electro de Nantes NDLR). Je me suis donc plongé dans les morceaux issus de la même boucle. Vous trouverez donc ci-dessous, une sélection non-exhaustive mélangeant des tracks Hip-Hop US, Rap français et musique électronique grâce auxquelles le sample de Ramsey Lewis fit le tour du monde.


RAMSEY LEWIS

Ramsey Lewis est un pianiste Jazz originaire de Chicago, Illinois. Il est à l’origine du groupe Ramsey Lewis Trio qu’il forma avec El Dee Young à la contrebasse et Red Holt à la batterie dès 1956. Il est surtout connu et reconnu pour « The In Crowd », album qui suscita un vif engouement lors de sa sortie en 1965 sur Argo Records, notamment grâce au single éponyme. Ce dernier d’ailleurs fête cette année ses 50 ans. Pour la petite histoire, l’idée de ce morceau vint au groupe lors d’un de leur passage à Washington DC. Attablés à une table d’un café, la tenancière vint prendre commande puis leur propose d’écouter un morceau sur le jukebox du café. « You guys might like this ! Listen to this ! » Elle lanca alors le morceau « The In Crowd » chanté par Dobie Gray. Sous le charme, le trio retravailla le morceau dans la foulée puis le joua derechef lors de leur prestation du soir. L’accueil du public fut comparable à celui que l’on connait maintenant. Scintillant en haut des charts de l’époque, Ramsey lewis reçu alors un Grammy Awards pour la Meilleure Performance Jazz de 1966 puis fut érigé dans le Grammy Hall Of Fame en 2009. Autant dire que l’on a affaire à un monument.
Concernant le morceau « Julia« , il est donc tiré de l’album « Mother Nature’s Son » qui n’est autre qu’un disque de covers de morceaux du « White Album » des Beatles. Originellement joué à la guitare, le track prend une toute autre dimension avec les accords de piano et le talent de Ramsey Lewis (accompagné du producteur Charles Stepney). L’enregistrement se fit aux Ter Mar Studios (ou Chess Studios) de Chicago en décembre 1968, peu de temps après la sortie du White Album le 22 novembre de la même année. Dans une interview à Mojo Magazine, Ramsey Lewis raconte : « I wasn’t a Beatles fan. I’d recorded A Hard Day’s Night, Day Tripper and And I Love Her before, but I didn’t really get them. But my producer Charles Stepney told me to think about doing a Beatles covers album. I didn’t think that they had enough songs to do an entire album but he gave me a copy of the White Album and told me to listen. I did, but couldn’t see how I could do anything with it. He was like ‘You didn’t really listen.’ So he arranged a few songs for me and then it was, I get it now. » Il explique aussi qu’il enregistra avec le Chicago Symphony Orchestra et qu’il utilisa un synthétiseur Moog pour donner une texture électronique à l’album. L’année suivante, les Beatles utiliseront le même instrument pour la conception de l’album « Abbey Road ».

Track : Ramsey Lewis – Julia
Année : 1968
Label : Cadet Records
Album : Mother Nature’s Son
From : Chicago, Illinois, USA

 

ALL NATURALS

Groupe fameux du Hip-Hop Underground, DJ Tone B. Nimble et MC Capital D forment All Naturals en 1995. Avec un charisme et une attitude rappelant Rakim et Big Daddy Kane, le duo connait un succès souterrain jusqu’à la sortie de l’album No Additives, No Preservatives en 1998, rassemblant plusieurs de leurs singles populaires et dont est tiré le morceau 50 Years. Aujourd’hui avocat le jour et MC la nuit, Capital D n’a jamais été un Gangsta et le revendique dans ses textes. Mettant en relief les dangers de l’alcool, la drogue, le sexe et l’argent facile, le « Rap conscient » de Cap D est de ceux qui ont su devenir une manière d’éduquer et de réfléchir.

Track : All Naturals – 50 Years
Année : 1998
Label : Uppercut Records
Album : No Additives, No Preservatives
From : Chicago, Illinois, USA

 

LES SAGES POÈTES DE LA RUE

Est-il nécessaire de présenter ce crew ? Ce monument du Hip-Hop français qui a toujours su défendre une approche Old School et Jazzy dans ses productions et dont l’aura se ressent encore aujourd’hui. Crève la Meuf, est un morceau que l’on peut retrouver sur le 2nd disque de leur album Jusqu’à l’Amour. Face à ce sample délicat, teinté de féérie, on a donc Dany Dan, Zoxea et Melopheelo vociférant phases sur phases qui pourraient choquer les petites âmes sensibles. Est-il nécessaire de faire taire les étroits d’esprit jugeant au 1er degré les paroles crues de ce morceau ? Je ne pense pas. C’est justement cet alliage entre le morceau de Ramsey Lewis et les durs lyrics qui rendent Crève La Meuf intéressant.

Track : Les Sages Poètes de la Rue – Crève La Meuf
Année : 1998
Label : Edel Records
Album : Jusqu’à L’Amour
From : Paris, France

 

NUJABES

Nujabes est,au même titre que J Dilla, un producteur au statut désormais légendaire. Malgré sa tragique disparition en 2010, il demeure un pilier inébranlable de la scène Abstract du Japon et du Monde entier. Depuis ce jour, bon nombre de tributes ont vu le jour. Mettant ainsi en lumière le travail d’orfèvre de Nujabes et révélant au passage des artistes tels que Ta-Ku ou Thomas Prime. Membre du duo Urbanforest avec Nao Tokui, proche collaborateur de Funky DL, Shing02 et autres Substantial, il est de ceux qui ont passé leur vie à la recherche du sample parfait. A la vue de son oeuvre, on peut dire qu’il s’en est fortement approché. Pour la petite histoire, son pseudonyme est en fait d’un anagramme de son nom et prénom : Jun Seba.
On retrouve donc ici un sample du piano de Ramsey Lewis comme base, un bon Substantial au texte et la magie Abstract Hip-Hop/Trip-Hop de Nujabes illumine le tout. Pour le reste, Hikari est un mot japonais signifiant « lumière ». Tout est dit.

Track : Nujabes Ft. Substantial – Hikari
Année : 2007
Label : Hyde Out Records
Release : Hydeout Productions – 2nd Collection
From : Tokyo, Japon

 

MOOMIN

Sebastian Genz alias Moomin, se décrit lui-même comme un « music-lover ». Après une première approche de la musique par le Hip-Hop, Jazz et Funk dans les 90, il se plonge ensuite dans une House introspective et resplendissante. C’est avec « The Story About You » (Smallville Records) que Moomin prend littéralement son envol. Encensé par la critique et le public, il se démarque alors par un Groove imparable et un bel esprit Soul. Du Panorama Bar au Club der Visionäre en passant par Tokyo et New-York, Moomin étend désormais son influence et distille ses bonnes vibrations au delà des murs de Berlin.
Au Bord De La Mer est l’un de ses morceaux fétiches, que tout le monde, ou presque, à forcément déjà entendu. Issu du vinyle du même nom, le track se base presque entièrement sur le sample de Ramsey Lewis et sur celui d’Omar S – Day. Ajoutez à cela, une voix française déclamant une sorte de poésie ensoleillée à la manière d’Alain Damasio et vous obtenez le morceau Au Bord De La Mer.

Track : Moomin – Au Bord de la Mer
Année : 2013
Label : Closer Records
EP : Au Bord de la Mer
From : Berlin, Allemagne


 

Voilà, c’est tout pour cette 2nde Sample Story. J’espère que vous avez pris plaisir à lire, découvrir, apprendre et écouter que j’en ai pris à chercher et dénicher toutes les informations et références. En musique comme en physique, l’adage se vérifie : « Rien ne se perd, tout se transforme ».

N’hésitez à faire vos remarques pour améliorer le concept et propositions de samples pour la 3ème Sample Story en commentaire ou par mail/FB/Twitter.

Alors c'était comment ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.