EXCLU : Gelivan & Pierre Citron, deux poètes pour un EP qui se respecte

EXCLU : Gelivan & Pierre Citron, deux poètes pour un EP qui se respecte

On a l’immense privilège de publier en avant-première l’EP Rodalquilar Sessions, collaboration éclectic-hop made in Gelivan & Pierre Citron.

Parfaire notre ligne éditoriale passe naturellement par l’opportunité de dévoiler des exclusivités. Le nouveau label suisse et indé Diffract Records nous confie ainsi cette fraîche mission…

Promouvoir le featuring Gelivan & Pierre Citron revient à poser le regard sur des philosophes de l’incertain. Remise en question du quotidien et mise en musique d’introspections, ces chercheurs de sons puisent à la source des pensées pour communiquer de belles idées samplées-phasées.

La valeur se trouve là où on est, si on sait la voir. En nous-même et dans les opportunités qui s’offrent. Ça dépend vraiment du regard, de la perspective (qui sont multiples), de notre capacité à être là. J’ai toujours cette partie de moi qui aimerait être dans un lieu « plus ensoleillé, au bord de la mer, à la montagne car l’air y est meilleur ». Encore plus aujourd’hui vu qu’on est exposé à beaucoup trop d’informations. – Gelivan –

 

Deux forces tranquilles…

DJ, interprète, producteur et écrivain basé en Belgique, Pierre Citron (72 Soul) a développé plusieurs projets sous différents noms en 15 ans de carrière.

Traversé par la soul de Curtis Mayfield et les sonorités 90’s de Massive Attack, l’ « ami-chanteur » réalise un rap tantôt français, tantôt anglais, sereinement piquant et 100% multi-vitaminé de pures vérités.

Aujourd’hui, tout le monde a une peur panique de passer pour un imbécile – Pierre Citron –

Depuis que SoundCloud existe, la floraison de certaines graines dépasse les abysses de l’inconnu, et Gelivan a depuis longtemps quitter le sous-sol pour sonoriser son propre jardin. En véritable détecteur de mémo connecté à la vie, Moleskine et dictaphone ne le quittent que très rarement. Rattaché à la nature des émotions, il parvient à capter certains actes en les branchant musicalement aux socio-logiques.

Faiseur de compilations ouvertes à d’anciennes et nouvelles pousses multi-saisons, ses podcast Eclectic Soul et No Words Needed neutralisent la catégorisation. Il tisse des liens entre conversion humaine et chant des possibles.

Il y a dix mois sortait son premier album Mouvement du sentiment, dont le titre ci-dessous est extrait.

Si ce projet a vu le jour c’est parce que j’ai décidé en 2016 de « tout plaquer ».  Partir de Genève avec l’idée de m’installer ailleurs en Europe. J’avais juste quelques vagues idées de ce que j’allais faire, et très peu d’argent. C’était une sorte de fuite aussi – du système, de la situation que j’avais créé, peut-être de certaines choses que je ne voulais pas affronter. Ça en devient malsain et d’autant plus difficile de savoir ce qu’on veut, d’avoir le sens du travail qui ne doit pas être une corvée, se focaliser sur quelque chose de concret et y aller à fond (sans savoir où ça va nous mener), et puis se satisfaire. On peut risquer de perdre le goût de certaines valeurs, de choses simples. C’est là qu’on peut faire preuve de sagesse et trouver le contentement. -Gelivan-

… qui se rencontrent

Admiratif du travail de Pierre Citron, Gelivan lui proposait au printemps dernier de le rejoindre à Rodalquilar en Andalousie, lieu-dit de sa retraite méditative. Invitation acceptée, ils passent 6 jours ensemble et formulent 4 morceaux pour un EP.

« Ralentir », « Viajar », « Doin’ Fine » et « Karma Cool » forment la chronologie garage, asbtract, jazzy et hip-hop de ce super projet.

 Finalement, plutôt que sérieusement m’installer quelque part, j’ai vagabondé dans le sud de l’Italie, au Portugal. Après un passage en Grèce je suis retourné me reposer en Suisse. (…) J’ai l’impression d’avoir fait le voyage de Santiago (berger andalou d’ailleurs) dans l’Alchimiste, en quelques sortes. Il finit par rentrer chez lui et trouver le trésor là d’où il était parti, c’est ça ? –Gelivan

 
Rodalquilar Sessions agence des échantillons d’inspirations plurielles sur des textes sages. Cet EP remplace le surmenage par la réflexion puisqu’il permet d’oublier les vitesses. Il démontre qu’au-delà du cadran et des écrans se trouvent l’équilibre de l’épanouissement.

Alors c'était comment ?