Guru – Jazzmatazz Vol. 1

« Souvenir d’after… prends toi cette pépite ! » La notification qui vient de s’afficher sur mon téléphone a le mérite d’être claire. Moins de 140 signes, sûr qu’elle plairait à Bernard Pivot. Oui, aujourd’hui ledit téléphone ne fait pas qu’appeler, il notifie son propriétaire. En l’occurrence, et si j’ai bien compris, une pépite d’after vient d’atterrir par message. Pan ! Quelle fabuleuse invention que l’instantanéité. Tu n’es pas encore sortie de ta soirée que déjà tu partages tes souvenirs musicaux. L’Internet. Un rapide coup d’œil sur cette pépite donc, et j’esquisse un sourire. « ‘Jazzmatazz Vol. 1’ ; une première cuvée ; 1993. Tu ne t’es pas foutu de ma gueule mon con, si j’veux que c’est une pépite ».

Découvrir ce douze titres de Guru, c’est un peu comme croquer pour la première fois dans une crêpe caramel au beurre salé à la fleur de sel de Guérande : une révélation, un plaisir de fin connaisseur. Soudain, tu te sens passer un cap, devenir un peu plus mature de l’ouïe, ou du palais (breton), c’est selon. Tes sens s’éveillent et tu vas de découvertes en découvertes, sans vouloir bâcler le boulot. Tu la captes, cette rencontre imprévue qui soudain t’émerveille ? Oui c’est ça, tu te sens vulnérable mais ne t’inquiète pas tonton, c’est juste que tu es bien. Profite, et ne boude pas ton plaisir. 45 minutes, montre en main, la détente, elle aussi, s’apprécie.

« Peace yo, and welcome to Jazzmatazz, an experimental fusion of hip hop and live jazz. I’m your host, the GURU. Now I’ve always thought of doing something like this but I wasn’t going to it unless it was done right, you know wut I’m sayin’… Because hip hop, rap music, it’s real. It’s musical, cultural expression based on reality. And, at the same time, jazz is real and based on reality. (…) I say to you : listen, enjoy and check this out. » Merde. Voila qui est dit. A tel point qu’il n’y a rien à redire. En 1’20 d’introduction, Guru a présenté de la manière la plus simple et efficace qui soit Jazzmatazz Vol. 1. La première piste de cet album est une mise en bouche, une note d’intention qui place l’auditeur aux portes du monde dans lequel le musicien originaire de Boston l’a convié. Et, déjà, voilà que la trompette de Donald Byrd se fait entendre…

Découvrir ce douze titres de Guru, c’est toucher au plus près de l’alchimie parfaite entre jazz et hip hop. Soudain, le vibraphone devient l’accessoire évident d’une production réussie, Ronny Jordan est ce génie de la six cordes et Donald Byrd celui que le hip hop a toujours attendu. Tu grandis tonton, et je vois d’ici tes yeux écarquillés lorsque tu entends Claude poser  sur un sample de Lou Donaldson. Oui, c’est ça la musique. Ne boude pas ton plaisir, profite. Ah, Jazzmatazz se termine ? Relance-le tonton, tu l’as mal entendu.

Alors c'était comment ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.