Category

Chroniques

« La critique, art aisé, se doit d’être constructive. »
– Boris Vian

Meis – ICEBERG

By ChroniquesNo Comments

Le 4 décembre dernier, on a eu chaud au niveau des sorties hip-hop, entre l’album de Rohff celui de Booba et la réédition de l’album Feu de Nekfeu, mais bon chez Soundigger, on a eu envie de proximité et de faire dans le local et c’est donc sans grande hésitation qu’on s’est tourné vers Meis.

Après un premier projet « Secret Tuerie Tape » sortit en 2013 et plus récemment avec La formule sur l’EP « 5e », on a pu découvrir il y a quelques jours « ICEBERG » le premier album solo de Meis, un titre de saison et pourtant à la première écoute l’album donne chaud.

« ICEBERG » c’est 12 titres qui oscillent entre diverses influences tantôt plus boom-bap, d’autres moments plus trappy mais toujours dans l’ère du temps.

« Me parlait pas de rookies, ça fait une paire d’années que j’kick » | Iceberg.

Et ça se ressent dans l’album, la technique est maîtrisée et on passe aisément de textes chantés à des flow beaucoup plus rapides et aiguisés. Le projet est produit lui aussi localement, notamment par Be. Dar (Workers), Guan Jay (Soul Square), Pedro (La formule), les mecs ne délocalisent pas, quoi de mieux que du fait maison.

Niveau featuring pluôt soft, mais efficace puisqu’on retrouve le mc rennais, Kenyon, les nantais La formule et Sylem.

Allez écouter l’album, vous verrez qu’à Nantes, il ne fait vraiment pas si froid.

« ICEBERG » est disponible en > physique < et en digitale sur Itunes et Deezer.

Monokle – Rings | Exploration des Méandres de l’Electronica

By ChroniquesNo Comments

Vlad Kudryavtsev aka Monokle jeune producteur russe, a sorti « Rings » en début de mois un second album empli d’une sensibilité remarquable. Paru sur le prestigieux label Ki-Records (co-fondé par Christian Loeffler et Steffen Kirchhoff), cet album nous rappelle avec un plaisir non dissimulé que la musique électronique a encore de belles heures à vivre.

Read More

Foals – What Went Down | Doux et puissant

By ChroniquesNo Comments

11 minutes de teaser, trois clips, remplacement au pied levé des déconvenues sentimentales de Björk à La Route Du Rock, interviews exclusives etc…

Il n’en fallait pas moins aux enfants chéris d’Oxford pour annoncer la sortie de leur nouvel album What Went Down. L’été est passé, ton poignet arbore fièrement sa collection de bracelets multicolores et le buzz est retombé.
Alors que reste-il à retenir de ce quatrième essai ?

Cette suite d’Holy Fire sorti en 2013, s’écoute comme une fable rock dans tout les sens du terme. Poussant l’auditeur à passer de la cave au dancefloor, de la noirceur à l’excitation. Ici le chaos et l’harmonie se chevauchent. Mieux, ils s’enlacent pour ne former plus qu’un. Place au vivant, plus ambitieux, mieux produit, plus construit, les superlatifs ne manquent pas pour décrire la fulgurance de cet album. De la violence, des ballades et de la Pop brillamment orchestrée. Le tout produit par James Ford (moitié de Simian Mobile Disco et producteur des Arctic Monkeys notamment).
Ce mélange de mélancolie, de rage et d’envolée pop fonctionne parfaitement, tout s’imbrique et laisse transparaître une maturité que le groupe n’a cessé de chercher. C’est aujourd’hui chose faite et cela s’entend.

Streaming complet ici :