Prince Waly, moitié du groupe de rap Big Budha Cheez et membre du collectif Exepoq nous dévoile « Junior », son nouveau projet solo en collaboration avec le beatmaker Myth Syzer, le talentueux producteur du collectif Bon Gamin.

Prince Waly, c’est ce rappeur qui s’inspire aussi bien d’un Mobb Deep des années 90 que d’un Kendrick Lamar de 2016. Ses inspirations variées lui créent un style de rap propre, entre ambiances jazzy et sonorités trap, le tout très ancré dans une culture 90’s. 

Originaire de Montreuil, il qualifie son style de Tv Rap, une musique où il donne vie à ses propres scénarios et où références cinématographiques et expériences réels se côtoient. Charismatique et talentueux, Prince Wally s’impose définitivement dans le rap-jeu avec « Junior », son nouveau projet commun avec l’excellent Myth Syzer.

C’est 2 ans plus tôt que les deux artistes sortent une première collaboration intitulé « Clean shoes ». Aujourd’hui ils reviennent avec cet EP à 8 titres, plus que réussi. Cette collaboration, mêlant les prod électroniques de Myth Sezer et le flow  de Prince Waly, nous plonge dans un univers hip hop « à l’ancienne » dont on ne se lasse pas. On vous laisse également regarder le clip du track « Junior » réalisé en super 8 par Clifto Team :

L’EP commence avec le titre phare et éponyme « Junior’ » où l’on se replonge avec plaisir dans le rap des années 90 aux intonations old school qui nous rappellerais presque notre adolescence. S’en suivent des titres avec des productions plus actuelles et électronique. On retient le groove du titre Vinemood, l’énergie de Rally qui nous fait secouer la tête ou encore le sample poétique de Cherry. Ces 7 tracks aux univers variés débordent d’ambiances et d’énergies différentes. Entre sonorités à l’ancienne et productions plus actuelles, Myth Syzer avait comme pari de sortir Waly de sa zone de confort et on peut dire que c’est réussi.

C’est sans plus tarder qu’on vous laisse écouter ce beau projet mêlant sonorités trap, ambiances jazzy/futuristes et écritures en mode storytelling.

L’EP en intégralité :   

Join the discussion One Comment

Alors c'était comment ?