ITW #13 – Echo

Nouvelle recrue chez l’excellent label Cosmonostro et à l’occasion de la sortie de son 1er EP – Midnight Chronicles – la jolie Echo a gentiment accepté de répondre à nos questions saugrenues.

Soundigger : Salut Echo, nous sommes ravis que tu nous aies accordé une petite entrevue.
Echo : Salut Soundigger !

S : Tout d’abord, si tu devais utiliser 3 objets pour te présenter, te définir lesquels seraient-ils ?
E : Si je devais me présenter avec trois objets, je choisirais un micro, une bougie et mon coffret Blu-ray Star Wars. (On dirait que j’vais faire un rituel vaudou mais en fait non.)

S : Plus sérieusement, peux-tu nous raconter ton parcours et l’origine de ton pseudonyme Echo ?
Concernant mon projet musical, il existe depuis un peu plus d’un an mais je chante depuis toujours. J’ai choisi le pseudonyme Echo car étant une grande fan de tv shows et de Joss Whedon, j’ai repris le nom du personnage principal de la série Dollhouse que j’adore.

S : Ton 1er EP vient de sortir sur l’excellent Cosmonostro. Tu as peut-être la bonne recette à nous fournir pour se faire repérer par un tel label ?
E : À vrai dire, je n’ai pas eu grand chose à faire pour me retrouver sur ce label. Le producer autrichien Salute m’a proposé une collaboration et j’ai bien évidemment accepté. C’est lui qui a trouvé le label, pas moi. J’ai découvert l’univers de Cosmonostro au fur et à mesure et il me correspondait totalement. J’ai donc écrit plusieurs feats avec d’autres artistes du crew et maintenant, mon premier EP sort chez eux et j’en suis très heureuse.

S : 4 titres, 3 producteurs de talent et d’horizons différents. Comment ces connexions se sont-elles faites et comment choisis-tu les productions sur lesquelles tu vas poser tes mots et ta voix ?
E : Les rencontres ont été simples puisque je voulais uniquement des producteurs faisant partie du label. Constellation a été produit par Persian Empire. C’était pour moi une évidence de lui proposer une collaboration car sa musique est vraiment spéciale et j’aime la dimension que prend ma voix quand je pose sur ses tracks. C’était un peu difficile pour lui au départ, car il n’avait jamais produit une vraie chanson « pop » avant celle-ci, mais il s’est débrouillé à merveille. Le reste est produit par mon binôme préféré Akeda qui m’accompagne aussi pour certains lives. Il a bien cerné mon univers et a composé à merveille. Le piano d’Escape est joué par le jeune Tulpa. Les chansons ont été écrites très vite car tout a fonctionné au coup de coeur.

S : Quelles sont tes inspirations ? Comment écris-tu tes chansons ? Quels messages, sentiments souhaites-tu faire passer à travers celles-ci ?
E : Je m’inspire de tout ce que j’aime, inconsciemment. J’aime beaucoup l’art, le cinéma, la musique et je suis très sensible. Je sais que chaque nouveau coup de coeur va laisser son empreinte en moi et enrichir ma vision du monde et mon univers. J’écris mes chansons la nuit principalement, ou dans le train. Souvent après un sentiment fort, ou un verre de trop. Je ne souhaite faire passer aucun sentiment en particulier car j’aime laisser le choix à l’auditeur. Mes textes sont parfois un peu abstraits, parfois je sais que le sujet est très vague mais l’important c’est que je sache moi-même de quoi je veux parler et que ça se ressente dans la voix. (cette phrase fait trente mètres de long !) Ca a été le cas pour la chanson Chosen où plusieurs personnes m’ont fait des interprétations totalement opposées les unes des autres. Je trouve ça bien.

S : Après des premiers morceaux livrés dans la jungle du web sur ton Soundcloud notamment, voici donc ton 1er EP Midnight Chronicles, tu as aussi plusieurs dates à ton actif. As-tu une idée des prochaines étapes que tu souhaites donner à ta carrière à court-moyen-long terme ?
E : J’essaye de ne pas trop planifier les choses parce que je suis très impulsive et je peux changer d’avis à n’importe quel moment. Je pense sortir un ou deux autres EP avant de passer à un album, histoire de m’éduquer un peu plus musicalement et trouver ma voie (j’aime les blagues nulles mais là c’était pas le but). Ma seule certitude concernant le futur, c’est que le but final est de produire ma propre musique de A à Z dans quelques années.

S : Si tu étais Dieu, quel artiste/genre musical mettrais-tu au bûcher ? Et duquel en ferais-tu une religion ?
E : Je ne mettrais personne au bûcher. Je peux détester la musique de certains artistes mais je ne voudrais jamais imposer ma vision à qui que ce soit. Donc si tu aimes les One Direction, ce n’est pas grave. Par contre, je veux bien dresser un autel pour James Blake.

S : Un message d’amour à faire passer à un producteur pour une collab’ ?
E : Chers James Blake et Jamie XX, je suis là.

S : Apparemment il y a une release party le 16 mai au Demory. Tu nous invites 🙂 ?
E : J’invite tout le monde ! C’est gratuit, le lieu est cool, le line-up de djs Cosmonostro va vous faire danser, et moi je vous ferai un peu déprimer.

S : Génial, on ne viendra pas les mains vides. tu es plutôt vin, bière ou vodka ?
E : Les trois. Tout dépend des circonstances. Petite préférence pour la vodka pour aller danser.

S : Une dernière chose à rajouter avant de clore cette petite interview ?
E : J’ai répondu à cette interview en pyjama dans mon lit.

S : Merci d’avoir répondu à nos questions saugrenues Aline !
E : Merci à vous.

Pour toujours plus d’Echo, dirige-toi vers ces réseaux (Facebook, Twitter, Soundcloud) et fonce sur Bandcamp choper cette petite merveille d’EP ! On attend la suite avec impatience. Big up Aline !

Alors c'était comment ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.