FOCUS  –  Molly

FOCUS – Molly

Programmée au Bunker Palace d’Astropolis le 6 juillet à La Carène (Brest), Emeline aka Molly a accepté de répondre à nos questions. Ses expériences, son parcours et ses ambitions, (re)découvrez cette hardworkeuse et artiste à plusieurs facettes.

 

Salut Molly, tout d’abord comment tu sens-tu avant d’aborder un été qui s’annonce chargé pour toi musicalement parlant ?

Bonjour ! Je dirai que je me sens assez excitée à l’idée de ce qui m’attends cet été ! De nouveaux lieux, festivals, clubs, des nouvelles destinations, des nouvelles rencontres, bref, plein de belles choses !

 

Tu as déjà mixé dans plusieurs gros festivals à l’étranger comme Awakenings ou ADE mais aussi en France à la Weather, quelle différence y a-t-il en terme d’ambiance entre les festivals allemands, hollandais, français ou australiens ?
Je pense qu’aujourd’hui, avec la mobilité des clubbers ce que j’appelle « les clubtrotteurs », on ressent moins de différence d’ambiance entre les pays …

Je pense que cela était peut-être le cas il y a quelques années mais de nos jours, dès que je suis sur un festival en Allemagne ou Hollande par exemple, je trouve des gens de nationalités différentes…Ce mélange est plutôt très bon et rend les événements plus festifs.

 

D’ailleurs après avoir passé plusieurs années au sein du Rex Club, avec la double-casquette DJ et responsable de com’, tu préfères les clubs avec ce côté davantage intimiste ou les évènements conséquents en outdoor ?

Ah !!!! Difficile de répondre mais évidemment je suis plus à l’aise dans les clubs « intimistes » mais j’aime bien me challenger de temps en temps sur un festival ☺ C’est toujours impressionnant un festival, en terme de population mais aussi au niveau du set up, du son  etc…

 

Concernant Astropolis, on aura l’opportunité de te voir jouer le vendredi soir à La Carène, aka le Bunker Palace comme chaque année pour l’occasion. On y fêtera les REX CLUB 30 YEARS, quelles expériences t’ont le plus marqué dans ce mythique club parisien ?

Le REX fait partie d’une grand période de ma vie, 10 ans exactement !! Des souvenirs ça en fait, je peux vous dire ☺  Mais je dirai surtout les 20 ans et les 25 ans du REX, qui furent des moments d’exceptions.

 

« Dans la musique électronique ils sont tous habillés en noir, je trouve ça hyper austère » as-tu affirmé au Huffington Post lors d’un reportage. Quelle est selon tes goûts la tenue idéale pour danser toute la nuit en étant à la fois à l’aise, et stylé ?

Ahahah !! C’est vrai qu’on est tous en noir ! Ceci-dit, je ne suis pas experte en mode mais la tenue idéale reste un jean, une bonne paire de baskets, et un t-shirt (en couleur si possible 😉 )


Le côté « dark/sombre » s’inscrit dans les codes de l’underground électronique, tu apportes malgré ça une touche de couleur lorsque tu passes derrière les platines. Quelle leçon donnerais-tu aux gens qui jugent d’abord le physique d’une Dj avant sa musique tandis qu’avec un Dj on juge sa musique en premier ?

Je pense que cela va au-delà de la musique électronique. Dans notre société,  dès lors qu’une femme occupe un poste important, on va d’abord juger son physique avant ses compétences … Malheureusement on ne peut pas empêcher les gens de penser ce qu’ils veulent.

J’espère cependant avoir passé ce cap là et être reconnue pour ma musique, mes dj sets, ma sélection de disques et mes productions…

 

De plus en plus de DJ féminine arrivent sur le devant de la scène, et c’est appréciable dans un milieu qui a longtemps été très masculinisé, te considères-tu comme une « pionnière » en ouvrant la voie d’autres ?

Moi « pionnière » ? Je n’ai jamais vraiment réfléchi à cela pour être honnête. Je dirai pas que je suis « pionnière » car des Dj féminines ont ouvert la voie avant moi comme Ellen Allien, Nina Kraviz, Sonja Moonear, Margaret Dygas, Cassy, Monika Kruse, Miss Kittin, Chloé, Jennifer Cardini , etc… Je suis la génération d’après mais je suis honorée si je peux montrer l’exemple pour d’autres femmes qui souhaitent s’y mettre.

 

« On a besoin d’avoir une oreille, même si aujourd’hui il y a des logiciels qui facilitent, il faut quand même savoir reconnaitre les tonalités, faut savoir compter dans un morceau ». Tu prends toujours des cours de piano ? Et joues-tu d’autres instruments à tes heures perdues ?

Ahhhh le pianoooooo… Malheureusement, le temps me manque pour pratiquer et apprendre comme je le souhaite… Le fait d’être sans cesse en déplacements n’aide pas vraiment. J’ai dû mettre en suspend mes cours mais je continue de m’exercer dès que je peux pour reprendre prochainement. Je ne pratique pas d’autres instruments pour le moment… Je consacre le temps que j’ai, surtout, à mon studio.

 Tu as découvert la musique électronique à Londres, avant de t’installer professionnellement à Paris, tout en opérant dans différents clubs Berlinois, quel lieu t’as le plus marqué quant à l’effervescence qui s’y dégage ?

Je vais forcément citer le Panorama Bar. On a beau dire ce que l’on veut, ce lieu est vraiment particulier ☺

 

Il y a quelques années, tu ne te voyais pas mixer à plein temps car c’était plus une passion pour toi, avec le recul, aurais-tu regretté de ne pas avoir « pris ton envol » ou aurais-tu quand même franchi le cap, à force d’être au contact de DJs en permanence ?  

C’est tout à fait vrai !!! Jusqu’il y a 2 ans, je voulais garder le mix en tant que passion, une activité du weekend jusqu’au jour où j’ai dû faire un choix car je n’arrivais plus à tout gérer. J’étais épuisée physiquement et moralement. J’ai dû faire un choix, pour mon équilibre personnel, j’ai donc décidé de me laisser une chance et de voir jusqu’où cela me mènerait . Et je sais que si je ne l’avais pas fait, un jour où l’autre, je l’aurais regretté !  Un de mes dictons favoris : « il vaut mieux avoir des remords que des regrets »

C’est justement le fait d’être au contact DJ’s que je ne voulais pas franchir le pas, voyant la difficulté du métier. Les gens idéalisent beaucoup trop ce métier et n’ont pas vraiment conscience du travail et des sacrifices que ce métier implique.

 

Tu es également connu pour ne jamais anticiper tes sets, as-tu déjà eu une galère en laissant place à l’improvisation ?

Oh oui !!! Mais c’est justement ça qui est bon, l’adrénaline et la surprise ☺

Tu seras tout au long de l’été en tournée avec notamment des back to back aux côtés de tINI, une des artistes allemandes les plus appréciés, comment et quand l’as-tu rencontré ?

J’ai eu la chance de faire la connaissance de tINI il y a quelques années, lorsqu’elle a commencé à m’inviter sur ses soirées « tINI & THE GANG » à Ibiza. C’est une artiste qui m’a toujours soutenu et supporté, en m’invitant sur ses évènements durant la off week à Barcelone et à la Winter Conférence à Miami entre autre.

Petit à petit notre amitié s’est soudée et il y a quelques mois de cela, nous avons  improvisé un b2b sur une date. Et ça a vraiment matché musicalement, c’est là où nous avons décidé de continuer et de proposer des b2b sur certaines occasions. C’est la première fois où je prends autant de plaisir à jouer avec quelqu’un et surtout, j’avoue que l’on s’amuse beaucoup lorsque l’on joue ensemble…

http://www.meoko.net/mixes?view=episode&episode_id=306

 

Vous jouerez d’ailleurs à Cargèse en Corse en août, auras-tu l’occasion de faire un petit détour par Toulouse, ta ville natale ?

Je vais y retourner oui mais un peu plus tard dans l’année, cet automne je crois, pour une soirée REX 30 years.

 

Et même s’il est difficile de se projeter à long terme, penses-tu ré-organiser des évènements ou des soirées spéciales, comme tu as pu le faire au Rex ?

Je garde ma résidence au REX, HEAD_ON , qui a lieu tous les 3 mois environ, donc oui. La prochaine est le 28 juillet, avec HONEY SOUNDSYSTEM et la suivante le 27 octobre avec Bambounou … Je réfléchis également à faire une soirée prochainement pour mon label , à suivre ☺

 

En procédant étape par étape mais réelle hardworkeuse, tu as choisi de lancer ton propre label, RDV (Récit de voyage). Quelles ont été tes motivations pour prendre la décision de créer ce label et y pensais-tu depuis longtemps ?

C’est une idée que j’avais en tête depuis quelques temps déjà, mais je m’étais promis de concrétiser cela le jour où j’aurai le temps de m’en occuper.

C’est ainsi que j’ai donné naissance au projet il y a un peu plus d’un an. Je voulais également trouver « Le son RDV », savoir avec quels artistes je voulais travailler, quel concept etc…

 

Si l’on se réfère à son nom évocateur, Récit de Voyage est une subtile combinaison d’artistes avec lesquels tu as travaillé, échangé ou tout simplement croisé. Quels « critères » doit-on posséder pour avoir l’opportunité de signer sur RDV ? 

Je n’ai pas de critère spécifique, c’est la musique qui parle d’elle même 🙂 Que ce soit House ou Techno, ce sont des morceaux qui me procurent des émotions, qui me font « voyager ».

Les derniers vinyles que tu as acheté ?

Ah bonne question ! J’en achète pas mal à vrai dire. Lorsque j’ai une date dans une ville, je regarde toujours s’il y a des magasins de disques où je peux aller fouiner un peu… La dernière fois c’était à Bruxelles. Mais en terme d’album de musique électronique, le dernier en date est l’album de Steffi !

Dans tes rêves les plus fous, tu signerais qui ?

OMAR S !!!!!

Cite-moi un ou plusieurs morceau(x) qui ne te lâcheront jamais.

Pepe Bradock – Life

Omar S – The white Castle song

Round one to Round Five – I’m your brother


Le prochain événement, soirée ou concert noté dans ton agenda ?

Ce soir à Ibiza pour UNUSUAL SUSPECTS et demain au PRIMAVERA SOUND à Barcelone.

 

Et pour terminer le dernier son que t’as écouté avant l’interview ?

The Sea & Cake ☺

 

Merci beaucoup Molly !

Instagram: https://www.instagram.com/molly_emeline/?hl=fr

FB: https://www.facebook.com/molly.emeline

 

 

Alors c'était comment ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.