Propos et photos recueillies par Antoine, nouveau digger dans la team, adepte du bon mot et photographe à ses heures perdues. Attention, il y a de l’émotion qui transpire dans les lignes qui vont suivre.

« À vrai dire, quand j’ai su que j’allais aller voir Rone à la Cigale, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Après épluchage de son compte SoundCloud, c’est sur un rêveur que je suis tombé : une musique futuriste, des instruments (ou devrais-je dire des outils à musique) et des sonorités que j’avais seulement rencontré dans mes rêves les plus fous.

Je me suis donc pas mal renseigné sur son compte, car voyant défiler en permanence des articles sur lui, il pourrissait mon fil d’actualité Facebook et Twitter avec son nouvel album ‘Creatures’ – même sur Soundigger.

IMG_9619-compressor copie

À en croire les gens ce mec était LA révélation. À Marseille en début de semaine, il avait déjà tout déchiré, et à ce que j’ai entendu même sa chambre d’hôtel ne lui aurait pas résisté. On parle de lui comme le Michel Gondry de la musique pour sa teneur en rêve et son côté bricolo.

C’est donc avec les yeux grands ouverts et avec les oreilles à l’affût que je vais voir cet artiste montant (et remontant les timelines) à la Cigale. J’vais chercher ma place (où on me dit d’ailleurs : « Soundigger ? Ça a l’air sympa, j’irai jeter un coup d’œil » héhé) et m’installe dans un coin sombre à l’étage de ce beau théâtre.

L’artiste se fait attendre (sans surprise : moi aussi en Sold Out à la Cigale, je fais attendre mon public) quelques minutes plus tard, le public commence à être chaud. « Et là, c’est le drame ! » Non, Rone arrive. Je découvre ce petit être à lunette sans prétention s’installer derrière une table angulaire plutôt chouette ! Le show débute !

IMG_9583-compressor copie

À ma grande surprise, il ne s’agit pas du tout de ce à quoi je m’attendais : on reconnaît la patte de l’artiste, mais cette fois-ci, elle est mise en valeur par des beats tantôt hip-hop, tantôt techno qui viennent faire tambouriner les enceintes de la salle. Avec des montées en puissance assez extraordinaires et des jeux de lumières qui viennent s’ajouter à cela, le show est garanti. Les gens autour de moi sont fous, crient, dansent et les rangées de sièges deviennent à ce moment vraiment superflues.

Au fur et à mesure, je me rends compte que ce type est tout simplement venu pour faire kiffer tout le monde. Son sourire penaud et son rire d’ado attardé nous le confirme très rapidement.

On retrouve son côté bricolo à de nombreuses reprises par exemple lorsqu’il se met à trifouiller son antenne (je parle d’un thérémine, l’un des premiers instrument de musique électronique) pour ajouter un son d’ondes radiophoniques. Ou encore lors de certaines transitions où il se tape des petits solos de clavier alors que son public est en transe.

Vers la fin de son spectacle, je croise le regard de mon voisin de gauche tout sourire, un mec d’une quarantaine d’années qui s’envoyait des shooters avec sa copine depuis le début de la soirée. Il me gueule à l’oreille : « Ah putain, ça c’est du spectacle ! Il envoie du lourd !» Je lui réponds avec retenue : « Ouais putain ».

Je tiens à remercier Chloé et Virginie pour la place, Clémence qui avait pris l’initiative pour ce concert, mais qui malheureusement n’a pas pu venir et enfin un gros big up à cet individu situé derrière moi et qui, pendant que je filmais/prenais des photos, dansait de façon à mettre le bout de ses chaussures pointues au milieu de ma raie assise sur le sol. »

 

IMG_9519-compressor copie

IMG_9540-compressor copie

IMG_9547-compressor copie

IMG_9633-compressor copie

IMG_9654-compressor copie

Merci La Cigale et merci Rone, on t’aime <3

Alors c'était comment ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.